Arlon : la potion magique des Trévires


Christian VAN HERCK – L’Avenir 29/09/2020

Un élève et son prof en microbrasserie ont uni leurs forces pour créer une brasserie installée rue de l’Hydrion à Arlon, La Trévire.

«Les bières que j’ai bues ce jour-là à la brasserie des Trévires, étaient excellentes, probablement les meilleures que j’ai goûtées cette année. Ceci est possible grâce à la qualité exceptionnelle de l’eau dans le Luxembourg belge, probablement la meilleure en Europe.» Ces mots dans l’éditorial de la revue «Golden Hops» viennent de la plume d’un spécialiste éminent, Dario Ceccarelli, CEO et fondateur de Belgibeer.com.

La brasserie des Trévires pourrait se résumer en une histoire de rencontres.

Au départ, il y a Yves Cornerotte, amateur de bières qui, par passion, brasse en amateur depuis vingt ans: «Je brasse trois bières sous l’appellation ‘‘La Recevresse’’. Comme je suis originaire du sud-ouest de la France, elles ont la particularité d’être parfumée au cognac, un produit lié à mon enfance charentaise. Il y a cinq ans, j’ai décidé de suivre des cours dans la section ‘‘micro-brasserie’’ de l’Ifapme. Mon prof, Fabian Hesbois, m’a fait partager sa passion. Lui, brassait des bières sous l’appellation ‘‘La Faucheuse’’. Nous avons sympathisé et surtout nous avons apprécié nos bières respectives.»

Un regroupement de passionnés

Les deux hommes ont imaginé le concept d’un regroupement de production de bières qui intégrerait leurs propres produits dans une même unité.

«J’ai été élevé à la bière de table qui était déjà dans mon biberon, poursuit Fabien Hesbois. Mon papa était ouvrier à la brasserie Maire. Moi, j’ai toujours eu l’idée de travailler dans la bière. J’ai fait des études de chimie, et j’ai parfait ma formation de brasseur en travaillant à la brasserie de ‘‘La Chouffe’’. Je suis devenu prof et j’entame ma 9e rentrée en ‘‘micro-brasserie’’. J’ai parlé de notre projet à la famille Maire qui avait délocalisé le brassage de ses bières phares, ‘‘La Gaumaise’’ et de ‘‘La Saint-Hubert’’, dans le Namurois».

Le projet a plu à Thierry Maire, heureux de revenir aux origines pour brasser ses bières dans le Sud-Luxembourg.

La brasserie s’est installée rue de l’Hydrion à Arlon.

Fabien Hesbois y est maintenant employé. Depuis octobre 2018, avec deux autres fanas de la bière, Antoine Dehaut et Manuel Guttierez-Ruiz, la brasserie fonctionne: 300 hectolitres ont été produits en 2019, ce qui dépassait les espérances des cinq amis.

«Bien sûr, la crise du Covid a ralenti notre progression, admet Yves Cornerotte. Notre prévision de doubler la production en 2020 sera difficile à tenir, mais nous travaillons aujourd’hui à l’exportation. Nous livrons en Angleterre, en France et en Allemagne. Les échos sont très favorables, nous serons prêts dès que le marché sera à nouveau plus ouvert.»

Avec la Célèbre moissonneuse comme logo, bien sûr !

Ces brasseurs se revendiquent, comme tant d’autres dans la province, comme des artisans brasseurs qui élaborent et produisent leurs bieres.

Lorsqu’il a fallu trouver un nom pour la nouvelle brasserie, le nom de « Brasserie des Trévires » s’est imposé. Les Trévires sont un peuple celte installé entre Ardennes et Rhin, sur le territoire du Luxembourg et de la Sarre, en débordant sur le nord de la France. C’etait du temps de Jules César et de la Guerre des Gaules. Le bas-relief de Montauban représentant la moissonneuse des Trévires est exposé au musée Gaumais de Virton.

Elle est devenue le logo de la brasserie.

« Il y a beaucoup de bières spéciales sur le marché, constate Yves Cornerotte. La tendance est clairement en défaveur de la pils au détriment des bières spéciales. Parmi tout ce que l’on trouve sur le marché, il y a à boire et à manger. En France 80% des bières ne sont pas bonnes, 10% sont moyennes et 10% sont excellentes. En Belgique, il y a beaucoup d’excellentes bières. les brasseurs des Trévires sont des artisans qui produisent de A à Z. On ne peut nous comparer avec les brasserie-étiquettes qui se contentent d’acheter leur production chez un brasseur et d’y coller une étiquette en misant tout sur le marketing, ni avec les brasseries à façon de ceux qui élaborent une bière puis la font fabriquer par un collègue brasseur. CV

Article complet disponible sur le site de l’Avenir:

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20200928_01513872/arlon-la-brasserie-des-trevires-a-pris-son-envol

+ There are no comments

Add yours